Génération Bataclan – Un dôme pour la Liberté

ZOME Generation Bataclan logo

Face aux attentats du 13 Novembre 2015, chaque citoyen a été touché par la violence des actions et des messages qu’ils représentent. De la réaction individuelle à l’engagement collectif, il s’agit de comprendre, d’évoquer, de partager ces événements et leurs symboles. Créer une œuvre, c’est assumer ce passé douloureux pour permettre la mémoire collective. C’est ainsi qu’est née l’association Génération Bataclan. Chaque adhérent souhaite concourir à sa manière à combattre les idées de ceux qui ont réalisé ces actes de haine. Chacun désire également s’engager dans un futur collectif et solidaire : celui d’assurer le droit à la liberté. C’est ainsi que j’ai répondu à cet appel en concevant un projet pour la Liberté.

En tant qu’architecte, être acteur de ce projet, c’est prendre son crayon, esquisser, rêver, dessiner, projeter ce désir collectif pour transformer cet espace public en lieu de mémoire. Mais qu’est-ce qu’une œuvre mémorielle citoyenne ? Créer une œuvre est acte fort, c’est une production de l’esprit, du talent à but social, moral, religieux ou philanthropique. Une œuvre mémorielle a un double rôle, celui de rendre hommage aux victimes pour lequel il est érigé et celui de pérenniser les valeurs collectives qui ont été ébranlées. Créer une œuvre citoyenne, c’est affirmer une volonté forte du peuple et de ses valeurs. Ce geste citoyen s’oppose à l’appropriation de ces événements par un parti politique. Ainsi, une œuvre mémorielle citoyenne recherche, dans les fondements du lieu et du peuple, à honorer les victimes et à transcender le souvenir en lieu d’échange et de liberté.

Le lieu proposé par l’association Génération Bataclan est chargé d’émotions. Îlot piétonnier entre les boulevards Voltaire et Richard Lenoir, il était le lieu de rassemblement avant et après les concerts à la salle du Bataclan. Il a été le lieu d’action des secours le soir du 13 Novembre 2015. Il devient lieu de mémoire des victimes du Bataclan, mais également de toutes les victimes des actes de barbarie. Pour rendre hommage à chacune des personnes décédées, nous avons cherché à aller au-delà du nombre, au-delà de leur statut de victimes, au-delà de leur nom, leur âge, leur rôle social.

L’œuvre mémorielle rassemble 130 cubes de verre lumineux placés à chaque sommet géométrique de la structure. Tels 130 bougies, chaque cube de verre laissera, de jour, diffuser la lumière naturelle à l’intérieur ; de nuit, une LED dans le cube diffusera à l’intérieur et l’extérieur une lumière chaude. De par sa forme, le dôme ne fait référence à aucune religion, à aucune référence historique ou politique. Il propose un espace méditatif et d’isolement par rapport à l’activité urbaine présente. L’œuvre mémorielle propose de transformer cet espace public en lieu de recueillement et de mémoire du passé pour tous les proches des personnes décédées.

Plan du dôme de la Liberté

L’œuvre mémorielle a également un rôle de mémoire et de défense des valeurs citoyennes. Mon travail a ainsi cherché, de par la forme et les éléments constitutifs, à donner un sens à cet engagement citoyen qui a surgi suite aux attaques terroristes. Nous avons l’obligation de regarder en face. Nous avons alors exhumé, exploré et analysé nos valeurs personnelles qui ont été ébranlées. Nous souhaitons par cette œuvre libérer notre mémoire des images tragiques pour affronter collectivement l’avenir. De nombreux combats seront nécessaires, au sein de notre société, pour que les valeurs de la liberté soient respectées. La liberté de vivre, la liberté de penser, liberté de conscience, liberté de religion ou encore la liberté d’opinion et d’expression ainsi que la liberté de se réunir seront, avec le respect des libertés d’autrui, les huit piliers de la structure. Ainsi, l’œuvre sera intégralement libre au passage des piétons. Seuls huit piliers, portant les huit libertés de la déclaration universelle des droits de l’Homme, porteront le dôme mémoriel sur un pavage sobre et plan. A nos yeux, cette œuvre n’est pas une sculpture que l’on contemple mais un lieu qui permet le rassemblement. Car la première valeur qui a été attaquée est celle de se retrouver pour discuter, échanger, partager ce qui fait notre culture. Ainsi, l’œuvre s’ouvre, le visiteur ou passant devient au centre, acteur, porteur et défenseur des valeurs de la liberté.

Techniquement, l’œuvre mémorielle est un zome constitué de 144 faces planes portées par 8 piliers. Un zome est une forme géométrique composée de losanges agencés en double spirale, dont la trame est harmonieuse de par sa forme polyédrique régulière. Le zome possède deux avantages techniques : il n’est composé que de faces planes (seulement 14 pièces différentes pour cette structure) et il peut être monté sans moyens de levage lourd. En effet, le montage se réalise avec un camion à nacelle et deux hommes.

Le dôme est proposé en métal inoxydable. Les faces extérieures sont planes et miroitées. En journée, le ciel et les arbres se reflètent dans le dôme. Le revêtement extérieur en miroir offre un paysage évolutif permanent, reflétant les couleurs des saisons et le passage des nuages. De nuit, seuls les 130 sommets seront visibles, réalisés par des blocs de verre rétroéclairés. Leur éclairage sera visible depuis l’intérieur comme l’extérieur. Ces matériaux permettent une maintenance très réduite, un nettoyage naturel par la pluie, une pérennité de sa surface dans le temps, sa forme empêchant les actes de vandalisme. Cette forme assure une protection intérieure aux intempéries et nuisances urbaines. Tel une rosace à 16 faces, le zome crée un lieu de recueillement et de rassemblement sous sa voûte. Sa forme fait référence au symbole d’unité parfaite et manifestée.

Par un pavage sobre et plan sur l’ensemble de l’îlot piétonnier, l’objectif est de permettre un accès à tous, une transparence complète entre la vie urbaine et le lieu de mémoire. Il permet aussi, au-delà de la commémoration, de devenir un lieu de rencontre et d’expression artistique pour la Liberté.

L’intérieur du dôme est lisse et blanc pour mettre en évidence le symbole de paix pour Paris. Fortement visible sur le plan, il sera également visible depuis l’intérieur sur la voûte. Réalisé avec 355 blocs de verre transparent, il représente le message international de paix qui a été envoyé en signe de soutien aux parisiens et parisiennes. Il représente également les 355 blessés qui portent cette faille mais également cette force pour construire un monde de paix. Ce symbole de paix permet le lien entre le ciel et l’intérieur, l’insertion de la lumière pour éclairer celui qui pénètre dans le lieu.

Cette œuvre mémorielle est une nouvelle étape pour comprendre notre histoire et témoigner de l’avenir que nous voulons construire ensemble. Plus qu’un lieu de mémoire et de recueillement, cette œuvre est un lieu d’échange et de rassemblement, de promotion des droits de l’Homme et d’expression artistique : un dôme pour la Liberté.